fbpx

Le #burnout ou #épuisementprofessionnel, concerne qui?

Ce 18 novembre 2019, j’étais dans la salle d’attente de l’Union  Souffrance et Travail – Réseau Régional d’Accueil et de Prévention  pour rebondir après mon burnout et je découvrai le livre de Maryline Gomes Comment sortir du burn-out  avec un beau passage qui dit que » le burn out permet de retrouver ce feu sacré qui donne des étincelles à la vie et nous embarque dans une nouvelle aventure. »

 Alors, êtes-vous un bon candidat ou une bonne candidate pour embarquer dans cette nouvelle aventure du burn out et re-naître de vos cendres ?

Symboliquement associé à l’élément feu – burn signifie « brûler » -, le burn out consume et détruit, mais il peut aussi créer et régénérer. Il permet de retrouver ce feu sacré qui donne des étincelles à la vie et nous embarque dans une nouvelle aventure ! Et cela passe par une reconstruction intérieure, étape par étape, qui va de pair avec une profonde quête de sens. » Burn-out = une fois, brûlée, la terre devient plus fertile et ainsi elle peut recevoir de nouvelles graines pour renaître de ses cendres !!!! De là est né ce site Etincelle TA VIE.  Je suis coach en reconversion professionnelle et hypnothérapeute à Lyon pour vous accompagner à renaître de vos cendres, en cabinet et en téléconsultation !

 Alors, êtes-vous un.e candidat.e au burn out ?

Vous vous sentez épuisé, au bout du rouleau ? Vous avez perdu vos repères et votre confiance en vous ? Et si le burn-out était l’occasion de vous reconstruire et de réinventer votre vie ? Le burn-out, cet épuisement physique, psychologique et émotionnel, est un appel urgent au changement, pour vivre autrement ! En choisissant de le voir à travers ce prisme, il peut être une véritable opportunité pour construire une vie plus équilibrée, alignée avec soi, ses rêves et ses désirs. Il devient ainsi source de transformation intérieure.

 Alors, êtes-vous un.e candidat.e au burn-out ?

Selon une étude de Technologie France TV info (voir infographie ci-dessous), en France, 3,2 millions d’actifs sont des candidat.es au burn-out ! Et vous, en faites-vous partie ? –>voir test en fin d’article

I. Les caractéristiques des candidats au burn out professionnel

1. Les professions les plus touchées par le burn-out professionnel

Les 1ers burn out ont été diagnostiqués chez le personnel médical. Et petit à petit, ils ont été repérés dans toutes les professions et tous les niveaux de postes.

  • Le personnel médical
  • enseignants, comme moi !
  • Les cadres (autant du privé que de la fonction publique)
  • Les entrepreneurs, les autoentrepreneurs (les agriculteurs, les petits commerçants, les chefs d’entreprises…)
  • Les salariés de « contact » avec des clients,
  • etc.

2. Les femmes sont 2 à 3 fois plus touchées par le burnout

2 à 3 fois plus de femmes sont touchées par le burn out d’après une étude de 2012 de l’INRS et une autre de 2014 de Technologia ! Comme moi !

3. Les catégories sociales les plus sujettes au burn-out

Il y a 2 catégories socio-professionnelles plus candidates au burn out. C’est ce qu’explique Marie-Josée Lacroix dans un article du site NoBurnout:

  • Les personnes qui cumulent un faible niveau de qualifications, un faible niveau de revenus et étant très vulnérables psychologiquement.
  •  travaillant dans des grands groupes car ils sont tiraillés entre les exigences de leurs supérieurs et les difficultés du terrain (le management intermédiaire étant l’une des catégories souffrant le plus) Comme moi !

C’est ce qui m’est arrivée quand je suis passée conseillère pédagogique adjointe à l’inspectrice de l’éducation nationale : je devais former et accompagner mes collègues professeur.es des écoles sur le terrain, avec leurs besoins du terrain, et je recevais des injonctions contradictoires avec le terrain de mes supérieurs hiérarchiques ! J’étais entre le marteau et l’enclume ! Une position que je n’ai pas supportée ! Surtout quand on m’a forcé à imposer une expérimentation à une école ! C’était une expérimentation qui était totalement contraire aux dernières recherches en neurosciences et contraire à mes valeurs !

II. Le profil psychologie des candidats au burnout

1. le perfectionniste, le battant, le gentil, les angoissés…

Les chercheurs sont unanimes les meilleur.es candidat.es sont : les personnes engagées, consciencieuses, perfectionnistes, pour qui la valeur travail est importante. C’est contraire à la croyance populaire qui pense que ce sont les « fainéant.es ».

 Marie-José Lacroix, sur le site NoBurnout.ch les a classés en 4 catégories :

  • les perfectionnistes qui s’effondrent sous la pression de la charge de travail, qui veulent toujours faire mieux ! Comme moi !
  • les battants qui travaillent sans relâche et trop, beaucoup TROP !! Comme moi ! (le matin avant la classe, le midi entre 2 bouchées, le soir quand les enfants étaient couchés, le samedi, le dimanche et encore plus en vacances d’ailleurs, contrairement à la croyance populaire qui n’imagine pas la quantité de travail à abattre quand on est professeure ! Je me levais travail, je me couchais travail, un matin je suis même arrivée au travail sans avoir déposé mes enfants à leur école, ils étaient encore avec moi dans ma voiture ! Et ce fut pire quand j’ai passé mon CAFIPEMF, une certification pour être formatrice)
  • les gentils, consciencieux, dévoués qui font l’objet de harcèlement et s’effondrent sous l’effet de la dépression ! Comme moi ! (dans une école, je fus l’objet d’un harcèlement et d’une agression par un parent ! Résultat : jours d’ITT et pas de soutien de la hiérarchie !)
  • les obsessionnels angoissés, ceux qui sont perpétuellement angoissés par l’avenir !

Le point commun à ces formidables candidat.es au burn out professionnel : les éloges ! Oui, ils reçoivent des éloges de leurs supérieurs et de leur collègue : courageux, professionnels, honnêtes, investis !!!!

Comme moi ! Je recevais des compliments. Mais je faisais l’autruche, je faisais toujours plus, ne me croyant pas assez professionnelle, pas aussi douée que mes collègues, pas assez ceci, pas assez cela ! 2 collègues professeurs des écoles que j’accompagne suite à leur burn out m’ont dit la même chose : leurs inspectrices ne tarissaient pas d’éloges à leur sujet, et pourtant, ils ne se sentaient pas à la hauteur !

On retrouve les mêmes descriptions

-dans le livre « Se reconstruire Après un Burn Out »Sabine Bataille dit qu’ils sont « Reconnus souvent (…) comme de très bons éléments par leurs managers, comme courageux, professionnels et honnêtes »

et dans un article de l’Express  : « Les victimes d’un burn-out sont, dans leur immense majorité, d’excellents professionnels. (…) Motivés, consciencieux, enthousiastes, créatifs, ambitieux »

Savez-vous que j’ai eu honte quand je suis tombée en burn out professionnel ? Et oui, car la croyance populaire véhicule une image de « faible » ou de « fainéant » des personnes en burn out. Or, les descriptions concernant les profils psychologiques des candidat.es au burn out sont tellement éloignées de cette croyance !!!! Et pourtant cette croyance collective a la vie dure aussi bien dans l’entreprise que chez la victime elle-même.

2. Mais alors, pourquoi croit-on que le burnout ne concerne que les faibles et les fainéants?

Parce que c’est rassurant pour tout le monde ! Jusqu’à ce que cela nous arrive…

Penser que c’est une maladie de faible et de fainéant, nous rassure et rassure surtout les candidat.es au burn out professionnel, qui sont des battants, rappelez-vous ! Cela ne peut pas leur arriver, puisqu’eux ne sont pas faibles.

Comme moi ! Je ne me sentais pas du tout concernée, je croyais d’ailleurs que mon burnout, mon épuisement était dû à un problème organique ! Je me croyais FORTE ! Je n’étais pas sur mes gardes !

Pour l’entourage professionnel (le manageur, l’inspecteur, les collègues, l’entreprise en général), c’est une façon de se protéger. Penser que la source du mal-être du travail vient de la personne elle-même leur enlève leur part de responsabilité. Car il n’est pas facile non plus d’endosser le rôle du bourreau. D’ailleurs, le burn out est-il reconnu comme une maladie professionnelle ? Le site juritravail.com précise qu’ « À ce jour, il n’existe pas de tableau des maladies professionnelles pour les pathologies psychiques telles que le burn-out. » On peut cependant faire reconnaître Le burn-out reconnu comme maladie professionnelle mais les conditions sont très strictes ! C’est très révélateur !

3. Le revers de la médaille

Ces battants, ces perfectionnistes, ces travailleurs à 2000%, tant recherchés par les entreprises, ont le défaut de leur qualité ! En effet, ils ne reconnaissent pas leurs propres besoins de base.  D’après Marie-José Lacroix, ils ont : « une haute idée de leurs capacités… limitées par une impuissance à reconnaître leurs propres besoins. D’où leur force de travail remarquable. D’où, aussi, leur tendance à répondre à toute demande, même excessive. C’est dire s’ils sont l’élément idéal pour la bonne marche de l’entreprise. Et, accessoirement, la proie rêvée d’un chef tyrannique. ».

Comme moi ! J’en oubliais de passer aux toilettes !!! Surveillance de récré, classe, surveillance de récré, photocopies à faire, cahiers à corriger, classe, surveillance de récré, classe, RDV parents, conseil de classe … et dans tout ça, pas une minute pour moi, pour simplement passer aux toilettes ! Et encore plus quand je fus directrice d’une petite école rurale, où là je devais être sur tous les fronts, je ne savais pas dire non ! Je me gavais donc de sucre et de thé, pour « tenir », sans tenir compte des réels besoins de mon corps ! Une addiction, cela dit, qui a pour effet de fatiguer le corps encore plus !!!!!!!!!!

4. Les hauts potentiels (surdoué.es, zèbres, HPI, HPE et autres dénominations)

Les personnes ayant un cerveau plus efficient que la moyenne seraient plus exposées au burn out. Bien qu’il n’y ait pas de chiffres précis sur le sujet, il semblerait que l’on aurait plus de risque de vivre un burn out quand on est surdoué que quand on ne l’est pas.

Ceci est renforcé quand, en plus d’être surdoué, les personnes ont un TDAH (trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité), sont hypersensibles, ou avec un trouble dys, qu’elles compensent avec leur HP. Comme moi ! J’ai été diagnostiquée TDAH/HPI !


Burn out! autrement appelé Trouble anxieux dépressif ou syndrome d’épuisement professionnel

III. Suis-je un bon candidat ou une bonne candidate au burn-out professionnel?

Cochez lES cases a chaque fois qu’une affirmation correspond a votre etat actuel. au delà de 3 reponses oui, vous etes un.e bon.ne candidat.e…

A vous de jouer…

  1. J’ai une profession qui est parmi les plus concernées par le burn out (personnel médical, enseignant, cadre, entrepreneurs / autoentrepreneur, agriculteur, commerçant, chef d’entreprise, salariés de « contact » avec des clients…).
  2. Je suis une femme.
  3. J’ai un faible niveau de qualifications ET un faible niveau de revenus ET des vulnérabilités psychologiques profondes.
  4. Je suis cadre supérieur travaillant dans un grand groupe (ex : management intermédiaire cumulant les exigences de la direction et les difficultés du terrain).
  5. Je suis une personne engagée dans mon travail, consciencieuse, pour qui la valeur travail est importante.
  6. Je suis perfectionniste.
  7. Je suis un.e battant.e, j’ai de l’ambition.
  8. Je travaille énormément, je ne compte pas mes heures pour réussir.
  9. J’ai du mal à dire NON.
  10. Je suis gentil.le, dévoué.e, très à l’écoute des autres, pour les autres, je donne beaucoup.
  11.  J’ai déjà fait l’objet de harcèlement au travail
  12.  Je me suis déjà effondré.e sous l’effet de la dépression
  13.  Je suis souvent angoissé.e ou j’ai déjà été arrêtée pour trouble anxio dépressif
  14.  Les autres sont très élogieux à mon égard. Mes supérieurs me décrivent comme courageux / courageuse, professionnel / professionnelle et honnête
  15. Je suis d’un naturel enthousiaste et créatif/créative.
  16. Je pense que le burn out est une maladie de faible et de fainéant !
  17. Je suis peu à l’écoute de mes besoins (physique et/ou psychologique). Je fais passer mon travail AVANT mes besoins physiologiques de base !
  18. Je persévère, je persiste même si je sens que je suis sur un de mes potentiels faibles, sur une de mes compétences faibles.
  19. Je suis Haut Potentiel (surdoué, HPI, HPE, zèbres,…) mais aussi TDAH, hypersensible, dys…

CONCLUSION

On peut dresser un beau portrait-robot de la bonne candidate ou du bon candidat au burn out !!!! MAIS il ne faudrait pas en déduire que c’est le profil qui est la cause directe de la souffrance au travail et donc de l’arrêt de travail. En effet, ce n’est pas seulement le fait d’être perfectionniste, consciencieux ou gentil qui mène au burn out. Ce sont avant tout les conditions de travail toxiques dans lesquelles ces personnes évoluent qui les poussent au burn out. Le profil psychologique permet juste d’expliquer pourquoi est-ce que ce sont ces personnes en particulier qui tombent avant les autres.

C’est pourquoi Le guide d’aide à la prévention de l’ANACT indique que « comme pour l’ensemble des Risques Psycho Sociaux, les causes (sur lesquelles il est possible d’agir en prévention dans l’entreprise) sont donc à rechercher dans l’organisation, l’environnement et les relations de travail. Ce sont, par exemple, la charge de travail élevée, l’extension des amplitudes horaires, l’isolement, l’absence d’espaces de discussion, le manque de soutien de la hiérarchie ou des collègues, la qualité empêchée, qui transformeront un engagement vertueux en un sentiment de gâchis pour l’individu. » C’est d’ailleurs ce qu’explique l’article de Wikipédia sur l’organisationnel au sein de l’entreprise Syndrome d’épuisement professionnel — Wikipédia (wikipedia.org)

Et vous, en quoi vous reconnaissez-vous dans ce profil des candidats au burn out ?

Vous avez aimé ? Sentez-vous à l’aise de laisser un message, liker, partager afin que d’autres puissent découvrir ce blog et en bénéficier eux aussi… et ainsi étinceler LEUR VIE !

Ou venir nous rejoindre sur le groupe Etincelle TA VIE ! (9) Etincelle TA VIE ! ✨✨✨✨✨ grâce à la psychologie positive et l’hypnose | Facebook


Si vous connaissez quelqu’un de votre entourage qui est dans cette pente difficile, qui se sent au fond du trou, ou bien vous-même, je suis là pour l’accompagner pour remonter cette pente et briller à nouveau!
#Hypnothérapie , #bilandepotentiels , #coaching , #psychologiepositive : j’ai une palette d’outils professionnels pour les accompagner , pour vous accompagner dans cette renaissance!

Cet article peut aussi vous intéresser: https://peggygirault.fr/comment-la-teleconsultation-en-hypnose-par-zoom-est-un-atout-burnout-2021

INFOGRAPHIE. Quel est le profil des personnes exposées au burn out ? (francetvinfo.fr)