fbpx

Burn out enseignant : comment le vivre et en sortir ? (rupture conventionnelle 2021)

 

Le burn out est un syndrome d’épuisement professionnel (ou syndrome anxio dépressif ou syndrome anxieux dépressif) observé dans les années 1970 dans les métiers du soin, et qui touche aujourd’hui toutes les catégories de travailleurs. Les profs ne font pas exception. Le burn out enseignant survient lorsque l’enseignant se surmène pour satisfaire des attentes réelles ou supposées dans le cadre de son métier. C’est le résultat d’un investissement excessif sans jamais avoir le sentiment du travail accompli. À quoi est dû le burn out enseignant, comment le vivre et comment en sortir ?

 

Le burn out enseignant ou se consumer au travail

 

Un métier passion

 

Le métier de professeur est souvent un métier passion, où s’investir est considéré comme aller de soi. On a d’ailleurs longtemps parlé de vocation. Les professeurs sont souvent d’anciens bons élèves qui ont à cœur de bien faire. Quand ce désir devient du perfectionnisme, on peut basculer dans une insatisfaction qui va devenir épuisante.

 

Un métier de relations

 

Par ailleurs, enseigner se rapproche du soin dans la mesure où l’accompagnement humain prend beaucoup de place. On assiste alors au phénomène : « je veux sauver le monde ! ». Le burn out enseignant prend en partie sa source dans la gestion des conflits. Conflits avec des élèves qui ne comprennent pas forcément leur engagement et que les profs voudraient aider (parfois contre leur gré), avec les parents ou avec une hiérarchie qui ne manifeste pas toujours de reconnaissance.

 

Un métier qui ne s’arrête pas à la salle de classe

 

Le métier d’enseignant prend beaucoup de place dans la vie de celui ou celle qui l’exerce : la préparation, la correction, cet œil de prof qu’il ou elle jette constamment sur le monde qui l’entoure (« Tiens, ce serait intéressant pour mes élèves »). En effet, la démarcation entre vie privée et professionnelle est difficile à respecter et peut mener à la fatigue extrême. Les enseignants, malgré leur emploi du temps jugé confortable par les autres travailleurs, ont souvent du mal à s’accorder du temps de loisir.

 

Une transformation du métier

Les exigences de l’institution, et les avancées d’une culture du résultat altèrent le rapport des profs à leur travail qu’ils voient davantage comme un art que comme une tâche à effectuer. La lourdeur des programmes et ses injonctions donnent aux professeurs l’impression de survoler les notions et de brider leur créativité. Or, l’autonomie est un facteur très important d’épanouissement au travail.

 

Les signes cliniques du burn out enseignant

 

Avant le burn out, il y a le burn in ou l’effondrement progressif de l’équilibre physique, psychique et émotionnel.

 

  • Fatigue extrême, physique et émotionnelle: les temps de repos ne permettent plus la restauration des forces.
  • Insatisfaction face au travail accompli: dans une profession où aucune tâche n’a vraiment de fin, les personnes commençant à souffrir du burn out ont de plus en plus de mal à accepter cette frustration. Un sentiment d’échec se fait jour.
  • Dépersonnalisation: l’enseignant se détache de sa mission et travaille mécaniquement, sans passion, ce qui peut accentuer le sentiment d’insatisfaction évoqué plus haut. On peut parler de phobie scolaire…côté enseignant !

 

Toutes ces tensions et cette érosion des valeurs au travail peuvent se traduire par des signes variés tels que :

  • tristesse ;
  • difficulté à accomplir les tâches simples ;
  • insomnies ;
  • fonctionnement au ralenti ;
  • angoisses injustifiées ;
  • désespoir ;
  • difficultés de concentration ;
  • recours à des addictions ;
  • maux de tête et divers maux corporels,

 

 

Burn out enseignant : le vivre et en sortir

 

Demander un arrêt de travail

 

Comment vivre et sortir d’un burn out enseignant ? Il s’agit tout d’abord d’arrêter de travailler et de nommer la pathologie, de l’accepter en tant que telle au sein d’une administration qui ne reconnaît pas le burn out comme une maladie professionnelle. Dans un métier où le don de soi est inscrit dans la norme, craquer serait une faiblesse personnelle. Les profs, qui ont choisi ce métier par vocation, qui ont des vacances et la sécurité de l’emploi, ne seraient pas autorisés à faire un burn out. Or, le burn out est un syndrome qui, s’il est ignoré, peut mener à la dépression. Nommé également « syndrome anxieux dépressif » ou « syndrome anxio-dépressif » ou « épuisement professionnel », le burn out partage certains points communs avec la dépression : tristesse, abattement, perte d’intérêt.

 

Être bienveillant envers soi-même

 

Ainsi, se montrer bienveillant envers soi-même est la première des recommandations. Le burn out invite à se connecter avec ses émotions et à écouter son corps. Cette expérience oblige l’individu à se confronter à ce qui le fait souffrir et à appréhender son rapport au travail par le prisme de la préservation de sa santé.

 

Se faire accompagner

 

Pour cela, il est nécessaire de se faire accompagner : le médecin traitant peut être un interlocuteur privilégié. Le médecin du travail devrait l’être, mais il est nécessaire de signaler que la pénurie de médecins de prévention à l’Éducation Nationale est réelle, et que les enseignants ont du mal à trouver un professionnel à qui confier leur mal-être dans leur institution. Un psychologue ou psychiatre ainsi que le médecin conseil de la caisse d’assurance maladie aideront l’enseignant à mettre des mots sur cette expérience. Lors de sa convalescence, un thérapeute ou un coach peut accompagner le professeur pour l’aider à se relever et à trouver un sens à cette expérience.

 

 

Prof en burn out : leçons à tirer de cette expérience

 

S’aligner sur ses valeurs

 

Le burn out peut être une opportunité de croissance. On va apprendre à s’écouter et à se poser des questions sur son travail : pourquoi je fais ce métier ? Quelle satisfaction j’en tire ? Est-ce que ce que j’en retire compense ce que je dois concéder ?

Pour s’aligner sur ses valeurs, il s’agit dans un premier temps de les connaître, ainsi que ses forces. Un coaching en psychologie positive permet ce travail sur soi. Le travail, dans un deuxième temps, consistera à transformer ses croyances limitantes en croyances dynamisantes, pour pouvoir avancer à nouveau en total cohérence avec ses valeurs et ses forces.

Il s’agit d’apprendre également à prendre soin de soi, à accepter l’aide et à refuser ce qui nous heurte. Cela peut être l’occasion de s’initier à des techniques de gestion du stress :

  • l’hypnothérapie ;
  • la cohérence cardiaque ;
  • le coaching en psychologie positive ;
  • la méditation en pleine conscience.
  • Etc…

 

Travailler autrement

 

Le burn out des enseignants les conduit à revoir leur façon d’exercer leur métier. Ils troquent leur idéalisme contre un réalisme bienveillant : non, ils ne sauveront pas tout le monde, mais ce qu’ils apporteront sera déjà bien. Décider d’enseigner en se faisant plaisir est une étape importante pour pouvoir enseigner à nouveau. Ils passent moins de temps à préparer les cours, se reconnectent avec des activités de loisir, ou choisissent de travailler à temps partiel. Cela peut être aussi l’occasion de questionner la gestion de l’établissement.

 

Partir

 

Sortir d’un burn out en tant qu’enseignant, c’est l’opportunité d’interroger son choix de carrière. Un perfectionnisme poussé à l’extrême peut être l’expression d’un besoin excessif de conformité qui vole en éclat. Parfois, le burn out amène le professeur à réaliser qu’il ou elle s’épuise à nager à contre-courant, à investir trop d’effort dans l’exploitation de potentiels faibles.

 

Un bilan de potentiels pour trouver une nouvelle voie professionnelle , une demande de mise en disponibilité, une demande de rupture conventionnelle, un coaching en reconversion professionnelle : autant de dispositifs qui permettent au professeur de se demander s’il veut ou peut toujours enseigner.

 

Depuis janvier 2020, il est désormais possible de faire une rupture conventionnelle. Pour cela, un coaching stratégique est possible avec une coach en reconversion professionnelle.

 

 

Article écrit par Emeline Trillot, du blog Une tête bien faite (https://www.unetetebienfaite.fr)

content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.